Bienvenue sur mon blog!

Élue maire depuis 2 ans le 14 mars 2010, j'ai eu envie de raconter cette aventure sur un blog.
Certains autres Maires ont leur blog alors je me suis dit: Pourquoi pas moi? Voilà, c'est fait: j'attends vos commentaires, vos impressions et tout et tout...

En effet, c'est une véritable aventure que je vis depuis 2008! Une aventure humaine incroyable et une aventure personnelle passionnante!

dimanche 11 novembre 2018

11 novembre 1918 - 11 novembre 2018:100 ans

COMMEMORATION 11 NOVEMBRE 2018

« Je veux offrir ces quelques rimes à tous ces hommes anonymes, tous ces héros sans patronyme, tous ceux qui n'auront jamais d'hymne... Ceux que l'Histoire a vu passer, que la mémoire a effacés... A tous ceux qui se damnent, à tous ceux qui se donnent, hommage aux femmes, hommage aux âmes, hommage aux hommes...» Patrick Bruel

Chers vous tous,

    11 novembre 1918 11h – 11 novembre 2018 11h : 100 ans, le centenaire de la Grande Guerre, conflit au bilan humain terrible pour le monde entier : 12 millions de morts et la France quant à elle déplore 1 400 000 morts , 740 000 invalides, 3 000 000 de blessés, des centaines de milliers de veuves et d'orphelins.
100 ans, un centenaire, cela est synonyme d'événements plus symboliques, de commémorations plus fortes et d'une présence citoyenne plus importante. 100 ans, c'est tenter de rassembler encore plus largement que ce que les élus tentent de réunir dans les commémorations officielles. Je remercie aujourd'hui les instituteurs de l'école Jacqui Privat, Cathy Desplan et Eric Bastide d'avoir travaillé avec leurs élèves sur cet événement historique et d'avoir porté leurs voix en ce jour pour se souvenir.
Commémorer aujourd'hui ce centenaire a une portée très puissante mais aussi est synonyme d'éloignement, du temps qui passe et de la mémoire qui s'efface, de la mémoire qui ne devrait jamais s'effacer et pourtant qui s'efface et on le voit, inéluctablement à chaque nouvelle commémoration mais aussi à chaque terrible image de guerre (même si elles ne sont nullement celles des deux conflits mondiaux), qu'on voit aussi à chaque avènement de populisme dans les pays d'Europe et du Monde. 
100 ans, cela fait énormément d'années. Cela fait de nombreuses années pour moi qui n'ai que 40 ans et je me dis qu'aujourd'hui, 1918 est tellement loin, loin pour vous, élèves de notre école primaire... Alors, il y a le devoir de mémoire, celui que chaque pédagogue tente de raviver, celui que chaque parent ou grand parent peut et veut faire perdurer et celui que chaque élu de la République, au niveau où il est, avec les moyens qu'il a, veut réactiver dans l'esprit et les valeurs de ces citoyens. Mais c'est compliqué, de plus en plus compliqué face aux difficultés quotidiennes vécues par tous. Alors, dans un monde où l'individualisme, malheureusement et on peut le regretter, a pris le pas sur le collectif, on pourrait penser que pour se souvenir, il suffit de se rappeler de notre histoire personnelle si l'Histoire avec un grand H est trop éloignée ou étrangère. J'ai fait ce petit retour en arrière et vous pourrez essayer de le faire pour en parler à ces enfants, à vos enfants et aux générations futures. Le 7 novembre dernier, le grand père de mon compagnon aurait eu 100 ans et le 3 mai 2018, ma grand mère paternelle aurait eu 100 ans aussi. Et je me suis alors rappelée que le 11 novembre 2008, je vous en avais déjà parlé et que justement, vu la chance de l'avoir à ce moment -là, encore à mes côtés, je lui avais exprimé mon étonnement de sa naissance et donc de sa conception dans ces terribles années. Elle m'avait répondu alors, attendrie et émue, « j'ai été l'espoir, l'espoir pour mon père de me voir grandir ». C'était la première fois que je parlais de cette période avec ma Mamé et elle m'a raconté qu'elle était née d'une période d'amour lors d'une permission, que son père, avant de repartir au front, avait dit à son aimée de donner un prénom à cet enfant qui arriverait et que ce prénom, il le choisirait ensemble et pouvant se donner autant à un garçon qu'à une fille. Comme cela si un drame arrivait, cet enfant aurait un prénom choisi par son père et sa mère. Ainsi, quand le père de ma grand mère a reçu le télégramme annonçant la naissance, il n'a pas eu à demander le prénom, il le savait déjà, c'était Andrée au féminin et quelques mois plus tard, sain et sauf, il a retrouvé son espoir, l'espoir qu'il gardait, au fond du cœur, dans les tranchées. Vous voyez, je me dis que dans chaque famille, même 100 ans après, il doit et il devrait perdurer des souvenirs comme celui que je viens de vous narrer alors n'hésitez pas, même 100 ans après, avec l'âge que vous avez soit de rappeler des souvenirs familiaux liés à la Grande Guerre soit de poser la question à vos parents, à vos grands parents ou même arrière grand parent. C'est cela le devoir de mémoire et c'est cela aussi l'itinérance mémorielle dont nous avons entendu parler toute cette semaine avec le Président de la République Emmanuel Macron, itinérance mémorielle de chacun d'entre nous, de chacune de notre histoire familiale, itinérance mémorielle par la lectures de textes et de poèmes par vous, jeunes citoyens en formation, Ycare, Tom, Zoé, Numa, Angie et Lou, Romane et Lilou, par les chants de jeunes enfants, Eva,ma filleule, Juliette, Clélia, Timoté et Sélène comme vous l'entendrez avec Bella Ciao à la fin de cette cérémonie.

Liste des MORTS POUR LA FRANCE de 14-18 + 39-45 + les 3 soldats décédés en opération en 2018

    Aujourd'hui, en ce 11 novembre 2018, rappelons-nous combien il est important de nous souvenir. Cela sert à rappeler à chacun, aux plus jeunes en particulier, toute l'horreur de la guerre. Dans une guerre, au fond, il n'y a que des perdants.
Soyons conscients de la fragilité de notre société française, européennes et mondiale qui n'est jamais à l'abri d'un possible retour de la barbarie qui aujourd'hui prend la forme du racisme, de l'antisémitisme (plus de 69% d'augmentation d'actes antisémites sur les neuf premiers mois de l'année 2018, une honte!), de l'exclusion et du rejet de l'autre au prétexte qu'il est différent de nous.
L'actualité nous rappelle chaque jour, avec ses images tragiques, combien les armes, les conflits, les guerres n'ont jamais cessé de résonner, partout dans le monde.
Ce Monument aux Morts devant lequel nous nous inclinerons pour la minute de silence grave le souvenir de nos valeureux Aînés tombés. En mémoire de leurs épreuves et de leur glorieux comportement, conservons à cette commémoration du 11 novembre 1918, la réelle dimension que nul n'a le droit d'effacer, d'amoindrir ou d'ignorer. Ils se sont battus pour un idéal de paix, de liberté et de fraternité. Ils sont morts pour la France !

Liste des MORTS POUR LA FRANCE de 14-18 + 39-45 + les 3 soldats décédés en opération en 2018

Souvenons nous de ce 3 août 1914 et de ce tocsin qui retentit dans toutes les communes de France et de la mobilisation qu'il a entraîné...
Souvenons nous en tant qu'habitants d'une commune rurale du Sud de la France, de ces paysans, de nos paysans mobilisés et arrachés à la terre qui les avaient vus naître pour se retrouver dans la terre des tranchées dans le Nord de la France et du mal du pays qu'ils traînaient chaque jour, inlassablement en plus de la peur qui jaillissait des tranchées
Souvenons nous de ceux qui en ont échappés et de ceux qui y sont restés
Souvenons nous de ceux qui n'ont pu raconter, jamais, l'effroi et l'horreur d'une guerre
Aujourd'hui, il nous appartient à toutes et à tous de nous souvenir de ce 11 novembre 1918, de cette paix que chacun croyait alors éternelle, ce devait être la Der des Ders
Souvenons nous de tout cela et plus encore, souvenons nous afin de préserver la paix, cette paix que nos ancêtres ont obtenu au prix de leur vie, souvenons nous afin de défendre les fondements de notre République et de l'Europe
Souvenons nous tout simplement malgré le temps qui passe pour ne jamais reproduire les erreurs et les horreurs du passé
Souvenons nous pour accepter la diversité, pour comprendre les différences
Souvenons nous pour être tolérants, pour avoir du respect pour l'autre et le prendre tel qu'il est
Souvenons nous...

En mémoire de nos morts pour la France, en mémoire de tous nos ancêtres, des miens et des vôtres, en mémoire de ceux qui sont revenus sans jamais en parler et sans jamais oublier, en souvenir de ceux qui sont morts, en mémoire de nos soldats en combat au moment où je parle, en mémoire des peuples opprimés à travers le monde, je vous demande de respecter une minute de silence.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire