Bienvenue sur mon blog!

Élue maire depuis 2 ans le 14 mars 2010, j'ai eu envie de raconter cette aventure sur un blog.
Certains autres Maires ont leur blog alors je me suis dit: Pourquoi pas moi? Voilà, c'est fait: j'attends vos commentaires, vos impressions et tout et tout...

En effet, c'est une véritable aventure que je vis depuis 2008! Une aventure humaine incroyable et une aventure personnelle passionnante!

mardi 20 septembre 2011

Reçu ce jour...

Edouard CHAULET est maire de BARJAC et conseiller général du Gard. Sa commune n’était jusqu’à présent reliée à aucune intercommunalité ( ou supracommunalité).

Il a fait voter en conseil municipal une délibération rejetant le schéma départemental de coopération intercommunale du Préfet.

Dans ta délibération, tu parles de « métropolisation des territoires »…

On veut mettre en communauté les communautés et les fusionner. Déjà, un certain nombre de leurs compétences sont parties au Syndicat Mixte du Pays Cévennes. Le maire d’Alès voudrait agglomérer de nouvelles communes, les plus riches, pour ensuite se rattacher à l’Agglo de Nîmes, et pourquoi pas ensuite Alès-Nîmes-Montpellier… On crée des métropoles, dont on ne sait pas trop comment elles vont être gérées, en particulier au niveau des « interstices » ruraux. Si ce n’est avec de moins en moins de fonctionnaires territoriaux et de plus en plus d’agences privées coûteuses et ne poursuivant pas que leur propre intérêt

En matière de légumes et de commerce on parle de « circuits courts », en matière de démocratie, on est en train d’adopter les circuits longs ! On éloigne les centres de décision du citoyen, c’est la disparition des communes.

Cette réforme n’est-elle pas à mettre en perspective avec l’Union Européenne ?

Tu as raison : L’Europe préfère la trilogie Europe-Régions-Métropoles aux nations-communes-départements. Les départements sont aussi visés, et leur compétence générale également. On retrouve chez les « supracommunaux » les pro-Maastricht et les pro-Lisbonne. Il faudrait faire un « retour d’expérience » de ces machines à repousser le peuple.

Les 36.500 communes, dont on s’afflige parce qu’on ne ressemble pas aux européens, on devrait s’en réjouir, et féliciter les 36.500 « couillons » qui répondent présents à M. le Préfet quand il y a des problèmes sur le terrain.

Moi, je dirige 28 salariés, pour une indemnité de 1400 € que je partage d’ailleurs avec des conseillers qui n’en ont pas. On nous chante ensuite que tout cela coûte cher ! Il « ferait » combien un patron de cette taille ?

Ta commune, Barjac, était « commune isolée » ?

Non, pas isolée. On a toujours coopéré, on n’a pas besoin de structures juridiques pour coopérer ! J’ai par exemple une cantine centrale « bio » où d’autres communes viennent s’approvisionner. Nous sommes depuis longtemps insérés dans des SIVU efficaces.

Il faut partir de la vie, et pas d’une définition territoriale préalable. L’existence précède les découpages.

Il faudrait, au contraire de ce qui se fait, multiplier les syndicats intercommunaux et superposer « les patates », comme en maternelle, pour distinguer l’invariant territorial des projets et les bassins de vie.

Que penses-tu de la commission qui planche sur le schéma départemental (CDCI) ?

Ça me rappelle la « commission départementale de modernisation des services publics », où je suis allé défendre ma Perception, et qui en fait n’était là que pour entériner des décisions déjà prises. Je n’ai pas plus confiance dans la CDCI. Ca « concensusse » à tout va dans ces commissions !

Cette réforme territoriale est à rejeter.


Comment combattre cette réforme ? Ne faudrait-il pas y associer largement la population, sous la forme d’une lettre ouverte au Préfet, par exemple ?

Ce serait bien qu’elle s’exprime. Elle n’a jamais été consultée sur cet enlisement dans la supracommunalité. Le peuple n’a plus la parole, ce sont des délégués de délégués de délégués qui prennent les décisions ! Même les conseillers municipaux ne sont pas au courant de ce qui est décidé. Les cafouillages à propos de la taxe de séjour au Pays des Cévennes en sont un exemple…

Propos recueillis par Alain RIVRON.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire